Facteurs génétiques déterminant la force

 

 

Facteurs génétiques déterminant la force

 

Il est bien connu que la génétique influe sur de nombreux traits physiques. Ces traits sont plus évidents dans l’aspect physique, comme par exemples la couleur des yeux, la couleur de cheveux, et la taille squelettique. En fait, la génétique est responsable de toutes les caractéristiques physiques apparentes à l’œil humain.

Ce qui est souvent négligé, cependant, c’est que la génétique joue un rôle extrêmement important dans les résultats que tu obtiens dans l’entrainement en musculation. C’est en raison de leur génétique que certaine athlètes obtiennent des gains supérieurs dans la force et la taille tandis que d’autres obtiennent moins avec les mêmes (voir plus) efforts, même en employant des programmes d’entrainements identiques.

Penses-y, si tout ce que tu as à faire était de suivre le programme d’entrainement des champions de bodybuilding ou de powerlifting, il y aurait des millions de personnes avec un développé couché au triple de leur poids corporel . De toute évidence, ces individus sont rares, évidemment ne parlons pas des utilisateurs de stéroïdes…

Savoir comment certains facteurs génétiques déterminent ta réponse à l’entrainement de musculation peut modifier ta méthodologie d’entrainement pour exploiter tes traits individuels au maximum.

Voici quelques-uns de ces facteurs :

 

Ratio tendon-muscle

 

 

Le potentiel d’augmentation de la taille des muscles dépend de la longueur de ton muscle (pour être plus précis, le « ventre musculaire » qui est la partie centrale d’un muscle, formé par de nombreuses fibres musculaires) et de tes tendons. Sur un pied d’égalité, ceux qui ont des muscles longs et des tendons courts auront un plus grand potentiel pour augmenter la taille de leurs muscles, que ceux qui ont des muscles courts et des tendons longs.

 

Le fort impact du rapport tendon-muscle peut être vu dans la photo ci-dessus de deux individus contractant leurs mollets. La longueur de leurs mollets est à peu près la même, mais la longueur de leurs muscles et tendons sont très différents. L’individu de droite possède des muscles beaucoup plus longs et des tendons plus courts que l’individu de gauche.

Lors de la photographie, les deux femmes gymnastes étaient des compagnons d’entrainement qui avaient effectué le même programme d’entrainement pendant environ huit mois, effectuant les mêmes exercices et schémas de séries et de répétitions. La seule véritable différence expliquant cela est la génétique.

La force

Un plus grand muscle plus grand a une plus grande zone transversale. Une grande zone transversale contient un plus grand nombre de filaments protéiques et de ponts croisés, augmentant ainsi sa capacité à produire de la force. Par conséquent, un muscle plus grand, en parlant de sa section transversale, est également un muscle plus fort.

Cela signifie que les individus avec des muscles longs ont la capacité d’être vraiment forts.

Longueur des leviers et proportions corporelles

 

Certaines athlètes possèdent une longueur de leviers (os) et des proportions de corps qui leur fournissent de meilleurs leviers pour soulever des poids et un plus grand potentiel pour augmenter la force que d’autres athlètes.

Cela se voit clairement en force athlétique ou en powerlifting :

  • Développé Couché : une longueur favorable des leviers et des proportions de corps adéquates au développé couché impliquent un torse épais et des bras courts.
  • Squat et Soulevé de terre : tandis que les leviers et les proportions favorables pour le squat et le soulevé de terre impliquent un torse court, de larges hanches et des jambes courtes (les bras longs aident également dans le soulevé de terre).

Comme le reste est égal, ceux qui ont un effet de levier et des proportions favorables auront un plus grand potentiel dans certains exercices parce qu’ils n’auront pas à déplacer le poids aussi loin que ceux qui possèdent des leviers et des proportions moins avantageuses. Le résultat est que ceux qui ont des leviers et proportions favorables auront des capacités extraordinairement élevées sur certains mouvements en force athlétique ou powerlifting. Regarde par exemple le powerlifter Sergey FEDOSIENKO qui gagne tout dans sa catégorie des moins de 59 kilos avec des performances approchant les 300 kilos au squat, et dépassant les 200 kilos au développé couché et 270 kilos au soulevé de terre sur ses records personnels…. Et meilleur athlète de Powerlifting IPF en considérant ses points Wilks (ici l’article t’expliquant ce que sont les points Wilks).

Un exemple classique de leviers et de proportions idéales dans le powerlifting est le Polonais Andrzej STANASZEK entre 1995 et 2003 il gagna tout . Par définition, STANASZEK est un nain, il mesure 1m20, possédant des bras et des jambes extrêmement courts. Cependant, dans une compétition en 2003, il a mis en place des records du monde avec un squat à plus de 300 kilos et un développé couché à 192.5 kilos … avec un poids corporel de mois de 52 kilos.

 

facteurs-genetiques-determinant-la-force-STANASZEK-powerlifter-nain-leviers-force-athletique

                                            Andrzej STANASZEK au squat

 

Tandis que les bras courts sont fortement idéaux dans la plupart des exercices, le soulevé de terre favorise les athlètes qui ont les bras longs.

Dans une compétition de powerlifting en 1988, l’américain Lamar GANT a établi un record du monde avec un soulevé de terre de 310 kilos… avec un poids corporel de 60Kg et mesurant 1m57. Ses bras étaient si longs qu’il pouvait presque littéralement se toucher les genoux sans s’incliner.

 

powerlifter-americain-lamar-grant-bras-longs-facteurs-gentiques-determinant-la-force-powerliftingmag

                        Lamar GANT, regarde la longueur de ses bras !

 

 

Considère deux personnes qui souhaitent déplacer 250kg au développé couché. En raison des différents leviers et des proportions, supposons que l’athlète A doit couvrir une distance de 50cm tandis que l’athlète B devrait déplacer le poids de 55cm.

Puisque le travail est défini comme la force (ou le poids) multiplié par la distance, l’athlète A doit effectuer un travail de 12 500 centimètres-kilo pour lever le poids (50 x 250), tandis que l’athlète B devra effectuer une œuvre 13 750 centimètres-kilo (55 x 250). En d’autres termes, l’athlète A n’aura pas besoin d’effectuer autant d’efforts que l’athlète B pour repousser le même poids.

 

Point d’insertion des tendons

Plus ton axe de rotation est inséré loin de ton tendon, et plus l’avantage de la biomécanique et ton potentiel de production de force seront élevés. Considère deux athlètes qui devraient tenir 20kg dans leurs mains à une distance de 24cm de leurs coudes tout en gardant leurs avant-bras parallèles au sol et en maintenant un angle de 90 degrés entre la partie supérieure de leur bras et leur avant-bras.

Supposons que l’athlète A possède un tendon de biceps qui est inséré dans l’avant-bras à 2, 4cm de son coude, tandis que l’athlète B a un tendon de biceps qui est inséré à 2cm de son coude.

Dans cet exemple, la force nécessaire pour maintenir le poids (ou la résistance) dans une position statique peut être calculée en utilisant cette équation: la force multiplié par la force du bras est égale à la résistance multiplié par la résistance du bras (ou, simplement, F x FB = R x RB).

Les calculs montrent que l’athlète A doit produire 200Kg de force pour tenir le poids de 20kg dans une position statique, tandis que l’athlète B doit produire 240kg de force pour obtenir la même chose. L’athlète A de meilleurs leviers que l’athlète B, et à l’égalité dans les autres conditions, l’athlète A bénéficiera d’un plus grand potentiel de force.

L’effet que le point d’insertion d’un tendon a sur l’os peut être assimilé à la position d’une poignée de porte. Le fait de placer la poignée (tendon) loin de la charnière (coude) te donne un meilleur levier, ce qui facilite la traction de la porte (as) que si la poignée est près de la charnière.

 

Conclusion

 

Sauf ton respect, tous les hommes et toutes les femmes n’ont pas été créés égaux. Si deux athlètes exécutent le même programme de force, il est peu probable qu’ils finissent par développer le même niveau de masse musculaire et de force.

Chaque athlète répond d’une manière différente parce que – à part des jumeaux identiques – nous avons tous un potentiel différent. Simplement, certaines personnes sont prédisposées à développer des niveaux élevés de force musculaire et de masse musculaire, tandis que d’autres ne le sont pas. Et pour cette raison, le même programme peut produire un corps comme celui d’Arnold SCHWARZENEGGER et un autre corps comme celui de Dany BOON 😉

Ainsi, après un programme d’entrainement d’un champion bodybuilder ne signifie pas que tu deviendras aussi balaise. Et la même chose peut être appliquée aux programmes de force athlétique et de powerlifting tu n’obtiendras pas la même force qu’un champion du monde en suivant ses méthodes.

Autant que tu puisses l’essayer, tu ne seras pas en mesure de modifier les traits que tu as hérités. Cependant, cela ne signifie pas que tu doives perdre espoir de devenir plus musclé et plus fort. Sois juste réaliste et intelligent avec ta situation.

 

 

Source

Article de Matt BRZYCKI  “4 genetic factors that determine your success” sur le site de T-nation

 

Pin It on Pinterest

Share This